http://vap.inet2.orgJE  SUIS  CHARLIE1270 marsemail:wembleyfraggle@vap.inet2.org
2019201820172016201520142013201220112010
2009200820072006200520042003200220012000
1999199819971996199519941993199219911990
19891988198719861985198419831982
CoursesBrèvesCircuitsVidéosPhotos en 3DChampionnats
Vimoutiers
Samedi 18 Juillet 2015
Circuit en reliefBrève de courseVidéos (34)
Les 24 heures et une minute de Vimoutiers.
De nombreuses équipes n'ont pas hésité à venir faire ces 24 heures et une minute avec de nouvelles voitures. Les mignons, complètement délirants, la dépanneuse Martin, la pomme d'amour, Lady Mousse, ...

Pour la première fois dans toute l'histoire des 24 heures et une minute, la course a commencé avec 10 minutes de retartd. La durée de cette course étant symbolique, elle finira à 16h11, 24 heures et une minute après avoir commencé.

Le temps fut propice à l'effort, pas trop chaud, contrairement à l'édition 2013, où plusieurs pilotes avaient fondu au cours des 24 heures et une minute.
Mais cette fois-ci tout était prévu : il y avait 2 équipes de pompiers, et une éponge pour assécher le circuit si ces derniers devaient l'inonder (Et ce fut le cas...), et ils avaient protégé la statue sur la place en face des stands avec une tonnelle (sans doute de peur qu'elle fonde).

Notre Gégé national est même venu et a participé sur Mario Kart. Il a promis qu'il se laisserait pousser la moustache pour dans 2 ans et monterait une équipe avec 3 moustachus (dont Jojo ? imaginez les 2 zigotos pédalant sur la même voiture !)

Le départ fût mémorable, un des plus beaxu des 24 heures et une minute (on aurait crû une arrivée !). L'ambiance fût de feu jusque dans la soirée, au moment où les pompiers, vers 22h, réflex-pro oblige, décidèrent d'arroser tout cela sans ménagement pendant une bonne heure.

Des poissons avaient reniflé l'eau puisque certains sont venus de l'Eure et Loire pour voir la course et profiter du circuit détrempé.
Les pirates Bretons étaient contents : le bateau avance mieux dans l'eau !

A noter le courage du public qui est resté très tard, meme sous la pluie. Il y eut toujours du monde dans chaque rue du samedi 16h10 au dimanche 16h11.

Le circuit était détrempé, et il en fallu des tours et des tours pour que Bob l'éponge. Ce fût fait un peu avant 2 heure du matin.

Et là il se passa quelque chose qu'il ne s'était pas encore produit aux 24 heures de Vimoutiers...

D'habitude vers 1h l'animateur s'endort, la musique s'arrête et laisse place aux bruits des dérailleurs, des chaines qui craquent et aux ronflements des premiers pilotes endormis, accompagnés peu après par ceux des postes à souder qui s'avèrent nécéssaires pour quelques voitures qui se couchent sur le côté, fatiguées de plus de 6 heures de courses sans révision.

Du temps ou les Arcandiers avec leur bûche faisaient les 24 heures, ils chantaient à tûe tête leus chansons jusque vers 2 ou 3 heures du matin, alors que des pilotes des stands voisins tentaient désespérement de dormir. Je m'en souviens très bien, à notre première participation, on nous avait demandé si on voulait bien être placé à côté d'eux dans les stands, place peu convoitée par certains, mais ca tombait bien pour nous.
Il suffisait que quelqu'un passe devant le stand en disant "Les Arcandiers sont fatigués", pour qu'ils rechantent encore plus fort "Mais non mais non les Archandiers ne sont pas morts"...
Leur chanson emblématique était "la leçon de ski".

Et bien on peut dire que les Archandiers ne sont pas morts, puisque cette saison 2015 ce sont toutes les équipes, d'un bout à l'autre des stands, qui ont fait la leçon de ski. Ils auront marqué les 24 heures plus de 10 ans après leur dernière participation ! Imaginez une lignée de 200 mètres d'Arcandiers, à minuit, avec une sono à fond dans le centre de vimoutiers. Les chansons se sont ensuite enchainées pendant plus d'une demi-heures, pour finir par la chanson du président.
La musique dura encore longtemps. Un jour ce sera la fête des fêlés non stop pendant 24 heures. Ce fût si bien que Jean-Charles voulut le refaire le dimanche après midi.

Le dimanche, l'ambiance ne cessa de monter du milieu de matinée jusqu'à la fin. Les choses s'accélèrent vers midi, ou chacun des pilotes veut profiter de chaque instant qu'il lui reste à passer sur cette autre planète.
Le public revient toujours plus nombreux le dimanche et quand il ne reste plus que 4 heures de course, à peine plus que la durée d'une course ordinaire, tous les pilotes oublient qu'ils pédalent depuis plus de 20 heures et ont envie de tout donner pour s'amuser à fond.

Ce furent 24 heures et une minute de délire sur une autre planète. Même les pneus se sont éclatés.
Les animateurs, Hélène et Jean-Charles, se sont surpassés et n'ont pas arrêté de jouer avec le public.

Cette course n'a qu'un point commun avec toutes les autres : à l'arrivée on se dit "c'est deja fini?" et on attend la prochaine avec impatience.