http://vap.inet2.orgJE  SUIS  CHARLIE1497 marsemail:wembleyfraggle@vap.inet2.org
2019201820172016201520142013201220112010
2009200820072006200520042003200220012000
1999199819971996199519941993199219911990
19891988198719861985198419831982
CoursesBrèvesCircuitsVidéosPhotos en 3DChampionnats
Les Champs-Géraux
Dimanche 5 Juillet 2015
Circuit en reliefBrève de courseVidéos (12)
Les champs Géraux, les aventuriers de l'arche perdue(*)

Tous les fêlés qui sont à l'ouest ont pris l'habitude de se retrouver sur cette course.
Comme à chaque fois, c'est sur un circuit bien nettoyé par la pluie que les équipes s'installent.

Le circuit a été légèrement raccourci par rapport aux années précédentes, avec une petite descente qui donne un bon coup d'élan avant de revenir devant les stands. Ca le rend moins difficile.

Chaque animateur a son style et personnellement j'aime beaucoup celui de Jean Luc, qui anime à chaque fois cette course.

Une arche gonflable faIsait guise de ligne de départ. Elle a eu un petit coup de mou juste avant le départ, alors que les voitures étaient alignées et s' apprêtaient à partir.

Imaginons que l'arche eût-eu un coup de mou non pas une minute avant le départ mais exactement au moment du départ. Le bateau pirate, qui était devant, avec son mât pour le moins pointu, eut sans doute touché le dessous de l'arche, la perçant au passage et l'emportant comme une voile fixée à son mat entraînant les cordages de fixations. L'arche, ramolie et dégonflée, se serait rabattue sur la piste, et les autres voitures, en pleine accéleration du départ, auraient foncé dedans, roulant dessus. L'arche pas tout à fait dégonflée, se serait prise dans les roues, se serait déchirée, puis enroulée dans les moyeux, embobinée autour des axes de transmission et des axes de pédaliers, freinant brusquement les premières voitures. Les voitures suivantes, ayant un peu plus d'élan, car parties d'un peu plus loin, se seraient précipitées à bonne vitesse
dans cette cacophonie de pilotes aux voitures empétrées dans la matière molle de l'arche, et de rayons cassant sous l'effort des pilotes assayant coûte que coûte de rattraper le bateau pirate qui trainerait tout cela derriere lui. Le spectacle eut été effrayant.
Après avoir parcouru les quelques mètres entre l'arche et le terrain de pétanque, le bateau pirate, arrivant sur le revêtement meuble encore humide de la pluie du matin, aurait commencé à s'enliser du fait du poids conséquent qu'il devait entraîner derriere lui. Son pilote redoublant d'effort, la roue motrice grattant et creusant le sol de plus en plus fort, il aurait commencé à s'enfoncer dans le sable.
Bob l'éponge aurait sans doute réussi à se frayer un chemin à travers ce brouhaha en grattant quelques places**, et tenté d'éponger le terrain, mais c'eut été sans compter sur les pompiers de Saint Vaast qui, tentant d'éteindre le balai en feu de la sorcière, auraient aspergé d'eau le terrain de plus belle avec leur extincteur à pédales flambant neuf.
Une fois toutes les voitures entremêlées dans les cordes qui servaient à attacher l'arche, elle se serait regonflée, et ainsi allégée aurait entrainé comme une mongolfière toute une cordée de voitures à pédales et leurs pilotes à travers les nuages.
Tout ceci étant agrémenté des musiques des années 80, on se serait retrouvé dans un désordre anarchique ressemblant à un épisode du muppet show, avec comme guest star Jean Paul Poisson, qui n'aurais pu que regretter de n'avoir pas pris Zébulon qui se serait senti comme un poisson dans l'eau.

Mais rien de tout ceci n'arriva : Jean-Claude Leguérinel sauva la course en prenant la décision de retirer l'arche juste avant le départ.

L'arche perdue, l'aventure pouvait commencer, et elle fût époustouflante et l'art y sonne fort quand Jean luc est au micro.

Il anima cette course comme il sait si bien le faire : avec un sens epoustouflant. A peine fini-t-il un calembourg qu'a la phrase suivante il en invente un tout neuf. Avec lui quand l'art est parti, il ne s'arrête plus. A croire qu'il ne sait pas dire une phrase qui contienne moins de trois calembourgs et deux blagues en même temps. Ca a dû être un problème quand il était l'école : tous ses profs devaient mourir de rire avant la fin de l'année scolaire.

Vivement dans deux ans qu'on le revoit, ou avant, si par bonheur il lui prend l'envie d'animer d'autres courses.

Au final, seul Gilles Hardel a réussi a passer sous l'arche, avec sa soucoupe ultra-plate.
Le public était d'enfer et plus nombreux que les fois précédentes, et aussi très curieux. Une belle course qui devient de plus en plus incontournable.


*(ce n'est pas pour rien si le maire des champs géraux s'appele Georges Lucas !)
** (jeu de mot emprunté à Jean Luc, rendons ses arts à César !)